Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/10/2006

Digues et inondations

Pour protéger certaines terres des débordements d’un cours d’eau voisin en crue, on a érigé des digues qui enserrent ce cours d’eau.

Cette pratique est mal gérée
Les digues sont le plus souvent des levées de terre, parfois mélangée à des blocs de rocher. Elles sont perdues en bordure plus ou moins éloignée du cours d’eau, et inaccessibles. La circulation des véhicules y est interdite. De ce fait, les animaux fouisseurs (castors, lapins, renards, etc…) sont tranquilles pour y faire des terriers qui sont autant de galeries où l’eau va s’infiltrer. Et aussi les agriculteurs voisins y font des tranchées pour leurs conduites d’arrosage. En cas de crue, tous ces points faibles vont contribuer à la rupture de la digue.

Que faire ?
- Aménager le sommet de la digue pour permettre la circulation des véhicules, même lourds. Inutile de goudronner, les ‘nids de poule’ inévitables seront d’autant plus faciles à boucher avec un peu de terre. La circulation, même faible, fera fuir les animaux fouisseurs, et empêchera les tranchées d’arrosage. La circulation en voiture d’un Garde-digue en facilitera la surveillance. En cas de rupture de la digue, des camions pourront amener facilement les matériaux nécessaires au colmatage. La circulation aura en outre l’avantage de tasser la terre en permanence, et, donc, de renforcer la digue.
- Planter d’arbres les talus qui en sont dépourvus, afin d’éviter le ravinement dû à la pluie et à la crue.

Cette pratique est néfaste
La construction de digues en bordure des cours d’eau n’est qu’un pis-aller, et la logique serait de les détruire.
En effet, en cas de crue, par définition le cours d’eau augmente le volume d’eau qu’il déplace. (prenons 10 fois, par exemple). Pour que son niveau augmente peu (1 m), il devrait élargir son lit de 10 fois. Si des digues réduisent cette largeur à 2 fois, le niveau augmente 5 fois plus, soit 5 m. (Si ce calcul sommaire n’est pas totalement exact, il a cependant l’avantage de faire prendre conscience du rôle néfaste des digues)
En cas de rupture, le phénomène équivaut, en moindre, à la rupture d’un barrage (Fréjus, pour mémoire), mais ici, contrairement au barrage où le débit s’arrête quand le barrage est vide, le débit ne s’arrête qu’à la décrue (sauf colmatage rapide), la fuite de la digue étant inférieure au débit de la crue. Les effets en sont tout aussi dévastateurs et la région ‘protégée’ l’est beaucoup moins que sans digue. (crue brutale, érosion du sol et niveau d’eau plus élevé).
Sans digue, la montée du niveau de l’eau suit celle de la crue, qui n’est pas très rapide. L’érosion du sol est nulle, et, au contraire, l’eau dépose des alluvions fertiles. En outre, ces alluvions rehaussant le niveau du sol, seront un début de protection pour les crues suivantes.
La protection des biens craignant l’inondation (habitations, entrepôts, etc…) pourra alors se faire par une levée de terre immédiatement autour de la zone à protéger, construite et entretenue par l’intéressé.


Cette pratique est égoïste
L’enserrement du cours d’eau, on l’a vu ci-dessus, freine le débit en faisant monter le niveau de l’eau. Cette montée se répercute en amont, comme le lac d’un barrage classique, et inonde des zones qui, autrement, seraient hors d’eau, et oblige à y ériger des digues qui créeront des inondations plus en amont !

En bref, une digue déplace l’inondation chez le voisin ! ! !

-------------------------------------------------------------------

 Qui ne lit qu'une page.... s'emprisonne moralement

-> Visitez les autres pages de ce Site